Protection de l’entreprise

La Complémentaire Santé Collective Obligatoire, comment ça marche ?

L’ANI, Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013, transposé dans la loi du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l’emploi, a modifié les obligations des employeurs en matière de protection sociale des salariés. Depuis le 1er janvier 2016 tous les employeurs ont l’obligation de mettre en place un contrat de Complémentaire Santé Collectif au bénéfice de leurs salariés.   Concrètement que prévoit la loi ?  Le remboursement à minima du « Panier de soin »  La Complémentaire Santé Collective et Obligatoire doit permettre aux salariés de bénéficier de remboursements santé sur des garanties minimales : le « Panier… Voir la suite …

La vidéo surveillance dans les Cafés,Hôtels, Restaurants : comment et pourquoi ?

Le nombre de caméras de surveillance en France dans les commerces et espaces publiques est en croissance depuis les années 1990. En 2012, la CNIL recensait déjà 935 000 dispositifs de surveillance sur le territoire. Bien que le principe de vidéo surveillance connaisse ses détracteurs, il est difficile de nier que l’utilisation de caméras peut présenter un intérêt certain pour les commerçants, et notamment les professionnels des CHR, et ce au-delà même du contexte sécuritaire actuel. La vidéosurveillance peut avoir un rôle dissuasif : la présence de caméras permet ainsi de limiter les vols, les dégradations et les agressions. La sécurité… Voir la suite …

La prévoyance des restaurateurs : à quoi faut-il faire attention ?

En tant que restaurateur, une vigilance toute particulière s’impose en matière de prévoyance. En effet, la prévoyance procurée par le Régime Social des Indépendants (RSI) s’avère des plus restreintes. Pour contrer cet effet et pour chaque poste, des solutions facultatives sont à mettre en place. 1 – Arrêt de travail : des indemnités journalières minimales Les indemnités journalières sont attribuées à l’expiration d’un délai de carence de 3 jours en cas d’hospitalisation et de 7 jours en cas de maladie ou d’accident à compter de la constatation médicale et pendant : 360 jours appréciés sur  une période quelconque de 3 ans dans… Voir la suite …